Comment on finance un voyage au long cours?

C’est probablement un des sujets les plus tabous sur Terre! L’argent! Tout le monde y pense, que ce soit en bien ou en mal! Justement, je suis en train d’écrire un E-book sur le sujet. Quand on se met à y réfléchir un peu, on se rend compte qu’il y a beaucoup de fausses croyances qui tournent autour de l’argent. Je suis la première à en avoir et un de mes objectifs dans la vie est de me débarrasser de mes peurs, de mes fausses croyances et de mes blocages. Pourquoi? Parce que je ne veux pas transmettre toutes mes bibittes à mes enfants! C’est un des objectifs de ce voyage! Aller à la rencontre des gens, mais surtout aller à la rencontre de soi-même. Et quand on va à la rencontre de soi-même, on s’aperçoit qu’on a des peurs!

Une de mes peurs est de manquer d’argent! Je suis sûre que je ne suis pas la seule! Je me suis fait souvent posée la question en entrevue si j’avais peur de manquer d’argent. Voici ce que je répondais: » qu’on soit à la maison avec un emploi stable ou en voyage, la peur de manquer d’argent est toujours présente ». Peu importe notre situation, il faut apprendre à se débarrasser de cette peur. Il faut se débarrasser de cette fausse croyance si on veut vivre sa vie idéale. Ce que j’explique plus en détail dans le E-book sur lequel je travaille! À suivre!

Mais en attendant, je reviens à ma question de départ! Comment on finance un voyage au long-cours?

Il y a plusieurs façons d’y parvenir! À force de chercher sur le net et de lire les blogues de d’autres familles qui voyagent, voici un tour d’horizon de ce que j’ai trouvé!

Les économies:

C’est la façon la plus traditionnelle! On économise de l’argent pendant un certain temps (souvent des années) en établissant le budget qu’on aura besoin pour voyager pendant le temps souhaité. Si on souhaite partir une année complète et que l’on estime que ça nous prend 50 000$ pour couvrir tous les frais du voyage, on prend le temps qu’il faut pour amasser la somme nécessaire. Il est important de savoir que le budget nécessaire varie d’une famille à l’autre et varie selon la façon de voyager.

Par exemple, il est plus dispendieux de voyager en avion ou en motorisé qu’en vélo ou en autobus. Si on veut voyager à partir de ces économies, il n’en tient qu’à nous de décider du budget et du temps qu’on veut prendre pour amasser les sous nécessaires. Plusieurs familles vont aussi choisir de prendre une année sabbatique pour voyager. Ils réduisent leur salaire pendant quelques années et au bout de 4 ou 5 ans, ils peuvent se permettre de voyager pendant une année avec le même salaire qu’ils sont habitués.
Rêve Nomade et Enfants à bord sont des familles qui voyagent à partir de leurs économies!

Digital Nomads:

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un Digital Nomads? C’est une personne qui voyage et qui finance son voyage à partir de son blogue de voyage. Pour y arriver, cette personne peut écrire des articles de voyage, suggérer des endroits à visiter et en faire de la publicité. Elle maîtrise aussi les médias sociaux pour générer du traffic vers son blogue. Plus il y a de traffic sur son blogue, plus ses revenus peuvent augmenter.
On ne connaît pas beaucoup cette façon de faire, mais on sait que plusieurs familles qui voyagent l’utilisent et cela semble bien fonctionner!
La famille de Bohemian Travellers sont un exemple de Digital Nomads!

Les commandites:

Une autre façon de financer son voyage est de faire appel à des commanditaires. Cette façon demande du temps et de l’investissement de la part du voyageur. On doit préparer un document sérieux dans lequel on explique les raisons pourquoi le commanditaire sollicité aurait avantage à s’associer à notre voyage. On détaille aussi la liste du matériel souhaité et ce que nous sommes prêts à donner en échange de ladite commandite. Idéalement, il faut aussi démontrer aux commanditaires que nous avons une page Facebook et/ou un blogue qui attire beaucoup de gens. Cela prend un public pour faire la publicité des produits commandités. La publicité est habituellement l’objectif no1 des commanditaires. Ce ne sont pas tous les voyageurs qui sont à l’aise avec cette façon de financer un voyage. Certains préfèrent être indépendants. À vous de voir!
Voici quelques exemples de personnes qui utilisent les commandites:
Lydiane autour du monde
Nomades X Nomades

Travailler sur la route:

Cette option est déjà assez connue de tous! On voyage un peu et on s’arrête pour travailler et renflouer les coffres. Un travail de quelques heures par semaine à un endroit permet de visiter un coin de pays tout en ayant les sous pour couvrir nos besoins de base. Certains se feront même prendre au jeu et décideront de s’installer pour plus longtemps que prévu et deviendront du coup des expatriés! Rester plus longtemps dans un pays permet de mieux découvrir ses trésors et de développer des relations plus profondes avec les gens de la place. Il faut juste faire attention de bien s’informer sur les lois et règles concernant le travail dans les différents pays que nous voulons visiter. Certains pays sont plus flexibles que d’autres!

Certaines familles ont déjà un emploi qui peuvent se transporter sur la route. Un emploi dans le monde de la traduction, de la programmation ou tout autre emploi qui se fait à partir d’un ordinateur et d’Internet est habituellement compatible avec le voyage!

Une autre façon de faire est de travailler quelques mois par année et ensuite voyager le reste de l’année. Bien entendu, il est nécessaire de mettre les bouchées doubles les mois où on travaille.

Une famille qui a choisi cette façon de financer leur voyage:
Les six Nomades

Le bénévolat:

Faire du bénévolat dans un pays est une excellente façon de voyager tout en réduisant ses frais de base. Il faut bien sûr prévoir les sous pour le billet d’avion, mais une fois sur place, la majorité des frais de base sont couverts par l’association avec laquelle vous faites affaire. Les voyages humanitaires offrent plusieurs avantages, dont celui de se sentir utile pour la communauté et d’en apprendre plus sur les coutumes du pays visité. Le bénévolat peut prendre différentes formes: voyage humanitaire, whoofing (travailler sur une ferme biologique), Helpx (travail en échange de nourriture et logis), etc.

Investir dans l’immobilier:

Je sais que cela peut paraître curieux, mais il y a une famille que l’on a découvert sur le net qui a voyagé pendant trois ans en vélo et l’immobilier était une des façons de financer leur voyage. Au départ, ils voyageaient avec leurs économies et ils louaient leur maison. Après un certain temps, leurs économies ont diminué et ils ont eu besoin d’une nouvelle façon de générer des sous. C’était durant la crise économique aux États-Unis en 2009. Ils ont eu l’idée d’investir dans une maison qui avait été reprise par la banque et de la louer. Quelques temps plus tard, ils ont acheté une deuxième maison qu’ils ont aussi louée. Leur voyage a donc en partie été financé par la location de leurs trois propriétés. Ils ont su tirer parti de la crise économique pour financer une partie de leur voyage.
Pour en savoir plus sur cette famille: Family on bikes

Conférences ou documentaire:

Certaines familles profitent de leur voyage pour amasser du matériel photo et vidéo pour ensuite monter un documentaire ou une conférence en lien avec leur voyage. À moins d’être commandité au départ, cette façon de faire exige d’utiliser ses économies pour pouvoir voyager et les sous générés par le documentaire pourra ensuite servir à financer un autre voyage. Bien entendu, cela demande beaucoup de temps et de travail. Je crois qu’il faut d’abord et avant tout le faire par passion et par désir d’inspirer les gens à voyager. Les documentaires Les Grands Explorateurs sont un bon exemple.

Voici une famille qui s’est lancé dans l’aventure du documentaire avec l’un de leurs récents voyage en famille: les11.com
Et un couple aussi qui vit à partir de leurs conférences de voyage: Nomades X Nomades

Il y a sûrement encore plusieurs autres façons de réussir à financer un voyage au long cours! S’il y a une chose que je sais est qu’il faut sortir des sentiers battus. Il ne faut pas avoir peur d’essayer des choses nouvelles si on veut des résultats nouveaux!

Pour notre part, nous finançons notre voyage de plusieurs façons: nos économies, des commandites et du bénévolat. Nous sommes maintenant rendu à une autre étape, celle de créer notre propre travail qui nous permettra de travailler tout en continuant de voyager!

Plusieurs options sont disponibles et sûrement que j’ai oublié d’autres façons de financer un voyager! Il ne suffit que de faire un peu de recherche et de choisir la façon qui nous convient le plus!

(null)


3 Comments

  1. Vraiment intéressant! Maintenant que nous sommes à quelques mois d’arrêter de travailler pour partir à notre tour, j’ai parfois du stress causé par la peur de manquer d’argent. Nous avons pourtant bien économisé. Je suis davantage craintive par rapport aux besoins de mes grands enfants qui surviennent quand on s’y attend le moins comme par exemple, le retour de l’aînée à la maison après 5 ans! Nous irons probablement avec l’option quelques mois de voyage, quelques mois de travail.
    Merci pour l’article et bonne continuation!

  2. Je vous trouve tous bien courageux de faire ce voyage en vélo mais quelle expérience pour toute la famille et surtout les enfants qui s’en rappelleront toute leur vie, vous etes de tres bon parents et je souhaite que votre voyage continue sans ennuis majeurs.

  3. C’est effectivement une des questions les plus difficiles à aborder, celle de l’argent! Et j’avoue que quand je rêve de partir un an (ou plus!), ce qui me fait le plus peur, c’est de manquer d’argent! Pas juste pour le voyage, mais pour le retour aussi (qui doit être assez difficile après une telle expérience…) Comment faire pour économiser pour un aussi grand voyage tout en continuant à cotiser pour la retraite, les études des enfants, les assurances-vie, etc. Parce qu’il ne faut pas oublier qu’il y a une vie après le tour du monde! Mais j’admire ceux qui ont le courage d’oser, et de demander de l’aide (parce qu’on s’entend que tous ces voyages sont en partie financé par la communauté). De mon côté, je pense plutôt à m’expatrier pour quelques années, question de vivre dans un autre pays et d’avoir la chance de voyager dans les pays avoisinants!

Comments are closed